picto_3
Évènement passé

Détails de l’événement

La question des migrants est devenue sensible, régulièrement source de préjugés et de fake news. Selon ces intox, les réfugiés gagneraient plus qu’un retraité, toucheraient 40 euros par jour ou encore prendraient le travail des Français. Souvent vus comme une menace pour la société ou comme un poids pour notre économie, les hommes et les femmes derrière les chiffres et les polémiques constituent pourtant une réalité éclectique et un potentiel économique énorme. Alors que l’angoisse liée aux flux migratoires reste constante dans nos sociétés, l’OCDE et la Commission Européenne ont appelé, en décembre dernier, à accentuer les efforts pour mieux intégrer les personnes immigrées ; leurs compétences restant largement inexploitées. « Il faut changer le récit sur la migration, qui est toujours reliée à des problèmes », avait d’ailleurs exhorté José Antonio Moreno Días, avocat au sein de SOS Racisme, au parlement européen. Car c’est bien en changeant de regard, en questionnant les idées reçues que nous pourrons voir toute la richesse que les réfugiés peuvent apporter à la société, tant sur le plan culturel qu’économique.

Pour ce nouveau rendez-vous des UP Conferences, nous avons interrogé notre perception collective des migrants, déconstruit les idées reçues et exploré plusieurs pistes pour améliorer l’intégration de ces nouveaux arrivants.

 

Les intervenant.e.s

Haut fonctionnaire, Alain Régnier a consacré l’essentiel de sa carrière à la cohésion sociale, la politique de la Ville et la lutte contre les discriminations. Nommé délégué interministériel à l’accueil et à l’intégration des réfugiés en janvier 2018, il est en charge de coordonner leur arrivée en France et d’œuvrer à une intégration durable.

Pierre Pageot est Directeur Délégué GROUPE SOS Transition Ecologique. Il est en charge du projet compagnonnage-réfugié de Fermes d’Avenir, un dispositif expérimental innovant visant à répondre à deux besoins importants : d’une part un besoin de formation et de montée en compétences en agro-écologie, d’autre part un besoin d’insertion professionnelle des réfugiés. Composé de binômes français/réfugiés, ces derniers se formeront pendant 1 an au maraîchage agro-écologique, en itinérance, tout en développant leur connaissance du français.

Convaincue que l’accès à l’emploi est l’un des principaux facteurs d’intégration, Cécile Pierrat-Schiever a créé Kodiko. Cette association facilite l’insertion professionnelle des personnes réfugiées en leur transmettant les codes du marché du travail et de la recherche d’emploi, grâce à un programme d’accompagnement individuel et collectif.

Shahm Maskoun est un ancien réfugié syrien. Arrivé en France en 2013, il a repris des études et travaille aujourd’hui comme ingénieur à Paris. Désireux de s’engager à son tour, il est ambassadeur pour l’ONG Wintegreat, un programme tremplin de 12 semaines, hébergé dans les grandes écoles, pour permettre aux personnes réfugiées de rebondir et reprendre une posture d’acteur dans la société d’accueil.

La conférence était animée par Nina Gheddar, rédactrice en chef de Guiti News, jeune média indépendant en ligne porté par des journalistes réfugié-e-s et des journalistes français-e-s.

Sources : Brut, Le Monde

Sponsors :
Logo Veolia logo crédit coopératif

Ce qui pourrait vous intéresser