mouvement up logo

Comprendre le nombre de pièces au sens foncier et son impact sur l’immobilier

Comprendre le nombre de pièces au sens foncier et son impact sur l’immobilier

Le nombre de pièces d’un bien immobilier est un élément fondamental qui influence sa valeur, son attractivité et ses possibilités de location ou de vente. Cependant, il existe plusieurs manières de définir et de comptabiliser ces pièces, notamment le nombre de pièces au sens foncier. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir en quoi consiste cette notion, comment elle est calculée, et quels sont les enjeux pour les propriétaires et les agences immobilières qui s’y réfèrent.

Définition et principe du nombre de pièces au sens foncier

Le nombre de pièces au sens foncier désigne la méthode de calcul des pièces utilisée par l’administration fiscale et les services cadastraux pour évaluer les biens immobiliers et déterminer leur assiette de taxe foncière ou d’habitation. Cette approche tient compte des surfaces habitables du logement, ainsi que du nombre et de la nature des pièces qui les composent.

Pièces prises en compte au sens foncier

Pour déterminer le nombre de pièces au sens foncier, les services fiscaux prennent en compte :

  • Les chambres à coucher (y compris celles équipées d’une salle d’eau privative)
  • Les salons et les séjours
  • Les cuisines-coin repas, si leur surface excède 7 m²
  • Les salles de bains et les salles d’eau, lorsque leur surface est supérieure à 9 m2

En revanche, certaines pièces ne sont pas considérées lors du calcul du nombre de pièces au sens foncier :

  • Les caves, sous-sols et greniers non aménagés
  • Les combles et autres espaces non habitables ou non aménageables en logement
  • Les escaliers, couloirs, entrées et dégagements
  • Les terrasses, balcons et loggias, même couverts ou fermés
  • Les garages, boxes et parkings
  • Les locaux techniques, de stockage et d’entretien (buanderies, chaufferies, etc.)
Découvrir également :  Otoktonia : un jeu éducatif et engageant pour protéger la Terre et ses peuples

Règles de calcul et exemples de nombre de pièces au sens foncier

Pour évaluer le nombre de pièces au sens foncier d’un bien immobilier, il convient de respecter plusieurs étapes :

  1. Identifier les pièces qui entrent dans la catégorie des chambres, salons, séjours et cuisines-coin repas selon les critères énumérés précédemment.
  2. Ne pas tenir compte des autres pièces (salles d’eau inférieures à 9 m2, toilettes, sanitaires, buanderies, garages, sudios indépendants, etc.), ni des espaces extérieurs.
  3. Additionner les superficies des pièces retenues pour obtenir la surface habitable totale du logement.
  4. Diviser cette surface par le seuil de base en vigueur dans les textes (par exemple, 27 m² pour l’assiette de la taxe foncière).
  5. Arrondir le résultat à l’entier supérieur pour obtenir le nombre de pièces au sens foncier.

Ainsi, un appartement de 90 m2 composé d’une entrée, d’un séjour-salle à manger de 30 m², de deux chambres de 15 m² et 12 m², d’une cuisine équipée de 10 m², d’une salle de bains de 8 m² et d’un WC indépendant sera considéré comme ayant un nombre de pièces au sens foncier de :

((30 + 15 + 12 + 10) / 27) arrondi à l’entier supérieur = 2.59 arrondi à 3 pièces

Enjeux et conséquences pour les propriétaires et les agences immobilières

Bien qu’il ne soit pas directement visible ou mentionné sur les annonces et fiches descriptives des biens immobiliers, le nombre de pièces au sens foncier peut avoir des répercussions importantes pour les propriétaires et les professionnels du secteur immobilier. En effet, il influe notamment sur :

  • L’évaluation cadastrale et fiscale du logement, qui sert de base au calcul des impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation)
  • Le classement énergétique du bien et son étiquette DPE (Diagnostic de Performance Énergétique), par le biais de la surface habitable prise en compte
  • Les normes et réglementations applicables en matière de construction, d’aménagement, de rénovation ou de copropriété
  • La représentativité et la comparabilité des biens immobiliers sur le marché, notamment en termes de prix au mètre carré et de potentiel locatif ou de revente
  • La fiabilité et la transparence des informations communiquées aux acquéreurs ou locataires potentiels, qui peuvent se baser sur cette donnée pour évaluer leur besoin en espace et leur capacité à occuper le logement

Il est donc essentiel pour les propriétaires, bailleurs et agences immobilières de maîtriser cette notion et de l’intégrer dans leurs démarches administratives, commerciales et techniques. En outre, il convient de veiller à actualiser et vérifier régulièrement les données cadastrales, car elles peuvent évoluer suite à des travaux, modifications architecturales ou changements législatifs.

Pourquoi comparer le nombre de pièces selon différentes approches ?

Si le nombre de pièces au sens foncier présente un intérêt certain pour mieux comprendre et appréhender les spécificités d’un bien immobilier, il est aussi utile de le comparer à d’autres approches plus courantes, comme le nombre de pièces principales ou le nombre de pièces à vivre.

Le nombre de pièces principales

Cette méthode de calcul désigne la somme des pièces principales du logement (chambres à coucher et salons-séjours) et exclut les pièces accessoires telles que la cuisine, la salle de bain, etc. Il est couramment utilisé dans la description des biens immobiliers sur le marché locatif et résidentiel pour mieux appréhender la distribution des espaces et leur potentiel d’aménagement.

Le nombre de pièces à vivre

Il s’agit d’une approche plus large incluant toutes les pièces d’un bien immobilier qui ont pour vocation d’accueillir des occupants, y compris par exemple les bureaux et salles de jeux. Le nombre de pièces à vivre peut ainsi donner une indication plus précise sur les possibilités offertes par un logement en termes d’usages ou de styles de vie.

Dans tous les cas, il convient de privilégier une communication claire et transparente avec les acquéreurs et locataires potentiels, en présentant les différentes données chiffrées concernant le nombre de pièces, tout en expliquant leurs spécificités respectives. Cela permettra d’établir un dialogue constructif, basé sur des informations fiables et pertinentes, et d’optimiser les chances de succès dans les négociations et transactions immobilières.

Découvrir également :  Que représente l'ESS en 2017 ?