Article

En Auvergne, chercheurs et élus locaux main dans la main pour la transition écologique

Des chercheurs en sciences sociales de l'Université de Clermont-Ferrand mettent leurs connaissances au service des collectivités pour les aider à faire face aux enjeux du changement climatique sur le territoire du Puy-de-Dôme, en Auvergne.
Par Sandra Coutoux
picto_1 Crédit : Patrick Busson / Unsplash

« Au sein du Laboratoire de sciences sociales de Clermont-Ferrand, de nombreux chercheurs étaient frustrés de ne pas mettre le résultat de leurs recherches au service de la résilience du territoire, dans un contexte d’urgence écologique« , explique Geoffrey Volat, directeur du programme Recherche et développement du Centre d’innovations sociales Clermont Auvergne. Née en 2017, cette association réunit aujourd’hui, à l’échelle du territoire puydomois, des collectivités locales, comme la Métropole de Clermont-Ferrand, mais aussi des acteurs socioéconomiques et des chercheurs en sciences sociales. Sa mission est de faciliter la mise en place de pratiques innovantes pour répondre aux conséquences du changement climatique sur le territoire.

Alimentation durable, énergie, mobilité….les enjeux de demain

La pandémie a accéléré les prises de conscience des élus locaux, mais aussi des acteurs économiques sur le sujets de transition énergétique ou encore de sécurité alimentaire. Comment réduire la dépendance au pétrole ? Comment s’assurer, à l’échelle du territoire, d’une autonomie alimentaire ? Comment développer la démocratie participative locale ? Pour répondre à ces enjeux de manière concrète, des chercheurs vont mener des thèses répondant aux besoins spécifiques exprimés par les collectivités. Des doctorants issus de différentes disciplines des sciences sociales (des sciences de l’éducation en passant par les sciences de gestion, par exemple) sont aujourd’hui embauchés dans le cadre d’un CDD de trois ans par ces collectivités. Ils mèneront un travail de fond, qui permettra de poser un diagnostic et surtout de proposer des mesures. Une démarche innovante car elle mobilise « tous les acteurs du territoire« , précise Geoffrey Volat. « Les élus locaux et même les industriels sont démunis face aux enjeux écologiques. En créant un pont entre les chercheurs et les problèmes d’un territoire, nous créons une dynamique collective au service de la résilience« , conclut-il.

Pour aller plus loin découvrez le dispositif 1000 doctorants pour les territoires.

Ce qui pourrait vous intéresser

Biodiversité: ce qu’il faudrait changer pour arrêter l’hécatombe Article -
Par Héloïse LEUSSIER

Biodiversité : ce qu’il faudrait changer pour arrêter l’hécatombe

DÉCRYPTAGE – Comment ne pas déprimer face aux dernières nouvelles sur l’état de la biodiversité dans le monde ? Des solutions, politiques et individuelles existent pourtant.

Écologie
1000 cafés Groupe SOS Article -
Par Antonin Padovani

1000 cafés : « Recréer un service de proximité dans chaque village »

Il y a un an, le projet 1000 cafés fêtait son premier anniversaire, et, avec lui, l’ouverture d’une dizaine de bistrots multiservices aux quatre coins de la France. Dans MOUVEMENT UP#4, nous faisions le bilan avec Sophie Le Gal, la directrice du programme pour le Groupe SOS.

Ces métropoles qui collectent vos biodéchets Article -
Par Philippe Lesaffre

À vélo, ils récupèrent et valorisent les biodéchets des restaurateurs

Comment valoriser les restes de cuisine des restaurants ? À Boulogne-Billancourt, dans les environs de Paris, une jeune start-up, Vépluche, expérimente une solution.

Écologie