picto_3
Évènement passé

Détails de l’événement

« La situation critique dans laquelle se trouve la planète n’est plus à démontrer. Des effondrements sont déjà en cours tandis que d’autres s’amorcent, faisant grandir la possibilité d’un emballement global qui signifierait la fin du monde tel que nous le connaissons. Le choix de notre génération est cornélien : soit nous attendons de subir de plein fouet la violence des cataclysmes à venir, soit, pour en éviter certains, nous prenons un virage si serré qu’il déclencherait notre propre fin-du-monde-industriel. L’horizon se trouve désormais au-delà : imaginer la suite, tout en se préparant à vivre des années de désorganisation et d’incertitude. En toute honnêteté, qui est prêt à cela ? (…) Comment se projeter au-delà, voir plus grand, et trouver des manières de vivre ces effondrements ? »

A l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage « Une autre fin du monde est possible, Vivre l’effondrement (et pas seulement y survivre) co-écrit avec Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle, les UP Conferences ont accueilli Pablo Servigne, emblématique porte-parole de la collapsologie.

 

 

Les intervenant.e.s

Pablo Servigne est ingénieur agronome, docteur en biologie de formation et aujourd’hui chercheur indépendant. Spécialiste des questions d’effondrement, de transition, d’agroécologie et des mécanismes de l’entraide, il a notamment écrit de Nourrir l’Europe en temps de crise (Nature & Progrès, 2014) et Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes (Seuil, 2015). Il est à l’origine, avec Raphael Stevens, du terme de « collapsologie », ce domaine de recherche interdisciplinaire qui étudie l’effondrement global de notre civilisation industrielle, et ce qui pourrait lui succéder. Il viendra présenter son dernier ouvrage Une autre fin du monde est possible (Seuil,2018), co-écrit avec Raphael Stevens et Gauthier Chapelle, qui pense l’après effondrement et qui propose de concevoir la résilience écologique comme un processus de deuil.

La conférence était animée par la journaliste environnementale Agnès Sinai (LeMonde diplomatique, Actu-Environnement, EcologiK). Elle a co-écrit le Petit traité de la résilience locale (Charles Léopold Mayer, 2015), et dirigé les ouvrages de l’Institut Momentum, laboratoire d’idées dont elle est la fondatrice dont Gouverner la décroissance. Politiques de l’anthropocène III, aux Presses de Sciences Po (2017). Elle enseigne ces thématiques à Sciences Po.

 

Intervenant.e.s
Pablo Servigne Chercheur in-terre-dépendant
Agnès Sinai Journaliste environnementale
Sponsors :