Article

Yacouba Sawadogo, l’homme qui a ramené la vie dans le désert

Il a ramené des arbres et de la biodiversité dans le désert du Sahel. Yacouba Sawadogo, paysan burkinabé, a été un pionnier, dans les années 80, d'une agronomie nourrie de savoirs ancestraux. Son histoire et son héritage font l'objet d'un livre coécrit avec l'anthropologue de la nature Damien Deville, publié aux éditions Tana. "L'homme qui arrêta le désert" sort le 20 janvier 2022. Interview avec l'auteur Damien Deville.
Par Sandra Coutoux
picto_1 Crédit : Thierry Mercier

« Il a créé une véritable pharmacopée à ciel ouvert »

En quoi Yacouba Sawadogo est-il un pionnier ?

Dans les années 80, alors que la sécheresse pousse les habitants du Sahel vers les grandes villes, il fait le chemin inverse en quittant un travail rémunérateur de commerçant, pour retourner vivre dans son village natal : Gourga. Seul, il se lance dans la reforestation de son territoire. Malgré des sols malmenés par des phénomènes climatiques extrêmes, il réhabilite la technique du zaï, une technique ancestrale héritée des anciens. Il réintroduit des espèces utilisées pour soigner. Sa démarche a été à la fois agronomique, écologique et spirituelle, et s’est appuyée sur des savoirs oubliés des communautés locales d’Afrique de l’Ouest.

Quel a été l’impact de sa démarche ?

40 ans après avoir planté les premiers arbres, une forêt de 40 hectares fait aujourd’hui rempart aux portes du village. La biodiversité et les gens sont revenus. Les sols ont retrouvé leur fertilité. Il a créé une véritable pharmacopée à ciel ouvert, puisqu’on y trouve 90 essences aux vertus médicinales, et Yacouba est aujourd’hui un guérisseur reconnu au Burkina-Faso. Son action lui a valu une reconnaissance internationale, car il a obtenu le Prix Nobel de l’alternative en 2018, et a été désigné Champion de la Terre par les Nations unies en 2020.

Quel est son message pour l’avenir ?

Il accueille des scientifiques, des agronomes européens et des étudiants issus des pays africains voisins, pour partager son expérience. Yacouba est un fervent défenseur de la diversité et œuvre à la réconciliation de tous les savoirs qui permettent de ramener de la vie et du vert dans le désert. Il souhaiterait créer un lieu de rencontre pour ancrer cela, et avec l’association l’Archipel des Alizées, nous cherchons à le soutenir. Yacouba milite pour une société de la relation et de la rencontre. Il nous montre un autre modèle de développement interdépendant avec la nature, source d’émancipation.

Ce qui pourrait vous intéresser

Ivanicé Tanoné : l’appel d’une gardienne de la Terre Article -
Par Sandra Coutoux

Ivanicé Tanoné : l’appel d’une gardienne de la Terre

Ivanice Pires Tanoné, cheffe de la tribu des Kariri-Xoco, est l’une des rares femmes leaders indigènes du Brésil. Elle se bat pour faire respecter les droits de la forêt et de son peuple face au président d'extrême droite Jair Bolsonaro. Cette gardienne de la terre appelle les citoyens du monde à s'unir pour protéger la planète.

Écologie
sortie nature à l'école Caminando Article -
Par Geoffrey Chapelle

Caminando, l’école primaire qui s’inspire des peuples racines

En 2013, Muriel Fifils fondait l’école primaire laïque et mixte Caminando, dans le but de reconnecter les enfants à la nature. Aujourd’hui, l’école située au fin fond de la Drôme suscite les convoitises de nombreux parents, à tel point que certains déménagent pour y inscrire leurs enfants. La recette de ce succès ? « Faire en sorte que chaque journée passée à l’école soit aussi épanouissante que sensée pour l’élève. » Entretien avec Muriel Fifils, fondatrice de Caminando, une école primaire où les enfants font concrètement, et pas semblant.

Écologie Société
Peuples racines Article -
Par Sandra Coutoux

Natives, la revue des peuples racines

Natives est un nouveau magazine trimestriel qui met en lumière la voix des peuples autochtones, derniers gardiens de la biodiversité à travers la planète. Entretien avec Jean-Pierre Chometon, le directeur de la publication.

Culture Écologie