Article

Violences conjugales et confinement : comment protéger les femmes ?

Les signalements de violences conjugales ont augmenté de 32 % en zone de gendarmerie, et de 36 % dans la zone de la préfecture de police de Paris depuis le début du confinement. Quelles sont les solutions pour protéger les femmes victimes ?
Par Sandra Coutoux
Violences conjugales et confinement, quelles solutions
picto_1 Crédit : Katherine Hanlon - Unsplash

Des numéros d’urgence existent déjà pour permettre aux femmes de signaler des situations de violences au sein de la sphère familiale : le 17 (police), le 34 30 (pour prendre un rendez-vous afin de déposer plainte à Paris), le 39 19 (un numéro d’écoute nationale qui informe et oriente vers des dispositifs d’accompagnement) , le 0800 059 595 (numéro d’écoute anonyme pour les victimes de viols et d’agressions sexuelles).

Un dispositif d’alerte renforcé

Par ailleurs, depuis le mercredi 1er avril 2020, le 114, le numéro d’urgence habituellement réservé aux sourds et malentendants, va être accessible par SMS aux femmes victimes de violences conjugales, afin de donner l’alerte plus facilement. Une fois le texto reçu par les agents de la plateforme, ces derniers se chargent de contacter le service d’urgence le plus proche (Samu, pompiers, police ou gendarmerie).

La plateforme gouvernementale Arrêtons les violences permet aussi de dialoguer en ligne avec des forces de l’ordre de manière anonyme. Elle est active 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Il est également possible de donner l’alerte dans des pharmacies. Une femme de 22 ans a déjà utilisé cette possibilité à Nancy, il y a quelques jours. Dans l’hypothèse où le compagnon serait présent, la victime pourrait utiliser un « code », comme c’est déjà le cas en Espagne. Les pharmaciens donnent ensuite l’alerte auprès des forces de l’ordre.

Il est également possible de déclencher l’alerte via l’application gratuite App-Elles. La fonction « alerte » permet d’envoyer un message d’appel à l’aide à trois contacts préalablement choisis sous forme de SMS, accompagné de sa position GPS et d’une photo prise automatiquement par le téléphone.

Des mesures d’éloignement pour protéger les victimes

Le gouvernement est en train de mettre une plateforme d’hébergement temporaire, en partenariat avec le groupe SOS, pour éloigner des auteurs de violences de leurs foyers. Cela permettra aux procureurs de trouver des solutions immédiates d’éviction durant la période de confinement. Environ 70 places vont être débloquées et seront réparties en fonction des besoins exprimés sur le territoire.

Des solutions d’urgence pour les femmes

Environ 20 000 nuitées d’hôtels supplémentaires vont être réservées aux femmes pour faciliter l’éloignement du conjoint violent. « Nos services sont en lien permanents pour s’assurer que femmes victimes et hommes violents sont bien orientés vers des lieux différents« , a indiqué Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, à nos confrères du quotidien Ouest-France, le 1er avril.

Une plateforme d’écoute pour les hommes violents

Le gouvernement a mis en place un numéro le 08 019 019 11, ligne ouverte du lundi au dimanche, de 9 à 19h, en lien avec la Fédération nationale d’accompagnement des auteurs de violences (Fnacav). Le but est d’écouter les hommes qui se sentent au bord du passage à l’acte pour prévenir les violences et les éviter.

Ce qui pourrait vous intéresser

Article -
Par Philippe Lesaffre

"Fallait demander", la BD qui dénonce le partage des tâches ménagères

La dessinatrice Emma a diffusé sur Facebook sa dernière bande dessinée. Fallait demander montre avec humour…

Solidarité
À Nantes Article -
Par Sandra Coutoux

À Nantes, deux femmes créent des tampons sans pesticide

BEST-OF 2018 - Article initialement publié le 23 juillet 2018. INTERVIEW - L'Agence nationale de sécurité…

Écologie
À Paris Article -
Par Charline FORNARI

À Paris, les pubs sexistes ne passent plus !

LA QUOTI DU SAMEDI – Parce que de nombreuses solutions locales méritent d’être mises en lumière,…

Solidarité