fbpx
Article

Vendez vos objets inutiles au profit des associations de votre choix

INITIATIVE - L'application Trocr propose aux particuliers de reverser 100 % de la vente de leurs objets sous forme de dons à des associations comme Les Restos du Coeur, ou encore Sidaction. Un geste à la fois antigaspi et solidaire.
Par Sandra Coutoux
Vendez vos objets inutiles au profit des associations de votre choix
picto_1 Vendez vos objets inutiles au profit des associations de votre choix

Julien Roques et Franck Viadère ont eu l’idée de créer « un bon coin solidaire« , en 2017. « Nos enfants jouaient au handball et leur association sportive avaient besoin de fonds pour financer un voyage. On s’est demandés ce qu’on pouvait vendre au profit de l’association et l’idée a évolué vers un concept de consommation responsable et solidaire« , explique Julien Roques. L’application pour mobile Trocr, le troc du coeur est née à Montpellier l’année suivante. Un site internet devrait bientôt voir le jour, d’ici début 2020. A ce jour, 8 000 utilisateurs partout en France s’en sont déjà servis pour vendre ou acheter des objets d’occasion. A la différence des sites classiques de vente entre particuliers, le vendeur choisit ici de reverser le montant de sa vente à une association de son choix. L’acheteur de son côté bénéficie de bonnes affaires car les prix proposés sont cassés. « On peut grâce à ce concept désencombrer ses placards, tout en faisant des dons à des associations, et bénéficier du coup d’une défiscalisation.« 

Une nouvelle forme de générosité

Un concept qui apporte une source de revenus nouvelle aux associations d’intérêt général. Elles sont 380 à avoir signé une convention avec la plateforme. Parmi elles, Les Restos du Coeur, la Ligue contre le cancer ou encore Humanisme et habitat, et les Anges de la rue. « Les coordonnées bancaires de chaque association bénéficiaire ont été contrôlées par nos soins« , précise le cofondateur de Trocr.

La totalité du montant des ventes est reversée sur les comptes des associations après chaque transaction. « L’intérêt du dispositif, c’est qu’il touche une nouvelle population de donateurs qui n’avaient pas forcément l’habitude de soutenir des associations« , constate Julien Roques. L’application pourrait être dans l’avenir déclinée dans d’autres pays comme l’Espagne ou la Belgique….

A lire aussi : Collecte de dons : les Français sont-ils généreux ?