Article

Scarly, l’handientrepreneuse qui a fait de sa différence une force

A 27 ans, Scarly est une entrepreneuse épanouie à la tête d'une boutique en ligne de bougies végétales. Après voir été victime de harcèlement scolaire, au collège, en raison d'un handicap, elle est devenue aujourd'hui une influenceuse respectée sur Tik Tok qui milite pour l'acceptation de la différence.
Par Sandra Coutoux
picto_1 Crédit : Scarly

« Je m’ennuyais, comme beaucoup de gens, durant le premier confinement en 2020. C’est là que j’ai commencé à publier des vidéos où je me montrais telle que j’étais, sans prothèse. Jamais je n’aurais imaginé que cela me conduirait si loin« , sourit Céline, alias Scarly, jeune Mulhousienne devenue en l’espace d’un an une influenceuse aux 350 000 abonnés sur Tik Tok.

La jeune femme a la particularité d’être née sans doigts à la main gauche. « On m’a ensuite greffé deux doigts de pied sur cette main. » Une différence longtemps cachée sous des manches longues durant son adolescence, où elle subit de violentes moqueries. Un harcèlement qu’elle encaisse en silence, dans la honte, jusqu’au point de rupture. « Un jour, on m’a déchiré mes vêtements. Du coup, j’ai pris la parole devant toute la classe en leur montrant ma main et en leur disant STOP, et ça a marché. » Aujourd’hui, près de 10 ans plus tard, elle retourne témoigner de son histoire dans les salles de classe alsaciennes, pour sensibiliser à la différence, à l’acceptation de soi et aux ravages du harcèlement scolaire.

Influenceuse et entrepreneuse

« Aujourd’hui, je dis aux jeunes : acceptez-vous comme vous êtes, vous ne pouvez pas vous changer. » Un message qui résonne. Elle reçoit des centaines de messages de soutien. Elle partage ses doutes, ses fragilités, ses peurs. Celle de ne pas réussir à payer la prothèse de main qui a été fabriquée pour elle, en silicone, et qui coûte 10 000 euros, par exemple. Sa communauté se mobilise, lui achète des masques en tissu qu’elle  fabrique avec sa maman. Finalement, elle décidera de se passer de prothèse, de s’assumer. « J’ai commencé par sortir sans prothèse et j’ai marché sans avoir peur du regard des autres. »

 


Alors que ses vidéos sont visionnées jusqu’à 4 millions de fois sur Tik Tok, la jeune femme travaille à ce moment là en tant que commerciale pour un cuisiniste. Elle se souvient que la recherche d’emploi n’a pas toujours été simple. « Certains employeurs m’ont clairement dit qu’avec ma main, j’allais dégrader leur marque. »  Son « coming out » virtuel sur Tik Tok lui donne des ailes. Un jour, elle décide de créer des bougies végétales pour s’occuper et, très vite, elle est dépassée par son succès. « J’avais 300 commandes par semaine ! » Aujourd’hui, elle a créé sa société et a lâché son CDI de commerciale pour se lancer dans l’aventure entrepreunariale avec sa meilleure amie Marion. Un nouveau saut dans le vide qui témoigne de sa force de résilience. « Je préfère foncer et ne rien regretter. »

Ce qui pourrait vous intéresser

Personne handicapée confinée Article -
Par Philippe Lesaffre

« Le confinement a mis en lumière le quotidien des personnes handicapées »

Selon Hervé Delacroix, administrateur d’APF France handicap, « il est essentiel que les biens et les services soient accessibles à tous et soient plus simples d’utilisation, au bénéfice de tous ».

Solidarité
À Roland-Garros Article -
Par Philippe Lesaffre

À Roland-Garros, le tennis se joue aussi en fauteuil

UP le mag a testé son niveau de tennis-fauteuil au cours d'une initiation au handisport, organisée…

Solidarité
À Nantes Article -
Par Louise Pluyaud

À Nantes, un restaurant qui donne sa chance aux personnes trisomiques

LA QUOTI DU SAMEDI – Parce que de nombreuses solutions locales méritent d’être mises en lumière,…

Écologie