Article

Que faire si son enfant est victime de harcèlement scolaire ?

À la différence du harcèlement au travail, le harcèlement scolaire n’a pas de qualification pénale. Et pourtant, chaque année, en France, près d’un million d’élèves sont victimes de faits de harcèlement à l’école… Comment repérer une victime et que faire si elle subit de tels agissements ? On fait le point.
Par La rédaction
picto_1 Crédit : DuoNguyen / Unsplash

Des signes qui ne trompent pas…

Pas toujours évident d’identifier un enfant victime de harcèlement scolaire, même lorsqu’il s’agit de son propre enfant. Les victimes ne demandent pas toujours de l’aide, et ne présentent pas toujours de signes révélateurs…

Il convient alors à chaque parent d’échanger régulièrement avec son enfant, surtout lorsqu’il constate des changements physiques (tels que des blessures) ou de comportement inexpliqués, une perte d’intérêt, de motivation, d’estime de soi, ou un rejet de l’école ou du numérique soudain.

Cela peut également se manifester, notamment chez les plus jeunes, par des cauchemars récurrents, des difficultés à s’endormir, des énurésies nocturnes, des maux de tête ou de ventre.

Si la parole de votre enfant se libère, commencez par l’écouter, ne sous-estimez pas l’ampleur du problème ou de son mal-être. Même un petit enfant peut avoir de gros problèmes. Enfin, agissez rapidement pour le protéger.

Que faire ?

Avertir la direction de l’établissement scolaire.

Celle-ci sera dans l’obligation de mettre en place toutes les mesures nécessaires, notamment celles du plan de lutte contre les violences scolaires, pour régler le problème. Notons que tout membre du personnel éducatif ayant connaissance de faits de harcèlement a pour obligation d’en informer sans délai le procureur de la République.

 

Saisir un tribunal civil.

Si les parents de la victime estiment que l’établissement scolaire n’a pas mis tout en œuvre, ou s’il a commis des fautes (absence de sanction, non-prise en considération des faits rapportés), ils peuvent demander une indemnisation à l’établissement concerné. Pour cela, les parents doivent saisir un tribunal civil.

 

Saisir la direction académique des services de l’Éducation nationale (Dasen).

Dans certains cas, si les mesures prises sont jugées insuffisantes par la victime ou ses parents, il est possible de saisir la Dasen pour demander un changement d’établissement.

 

Signaler les faits et porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie.

Un mineur peut porter plainte, mais ne peut demander des dommages et intérêts. Ce sont à ses parents de le faire. Au même titre que les parents d’un enfant harceleur ne peuvent être poursuivis en justice. En revanche, ils peuvent être amenés à verser une indemnisation à la victime.

 

Porter plainte auprès du procureur de la République.

Pour ce faire, il suffit, quel que soit son âge, et ce, jusqu’à 6 ans après les faits, de rédiger une lettre sur papier libre, en renseignant les informations suivantes :

  • L’état civil et coordonnées complètes (adresse et numéro de téléphone) du plaignant
  • Le récit détaillé des faits, date et lieu de l’infraction
  • Le nom de l’auteur supposé si vous le connaissez (sinon, la plainte sera déposée contre X)
  • Les noms et adresses des éventuels témoins de l’infraction
  • La description et estimation provisoire ou définitive du préjudice
  • Les documents de preuve : certificats médicaux, arrêts de travail, factures diverses, constats…
  • La volonté de se constituer partie civile

 

Demander à effacer du contenu numérique.

En cas de cyber-harcèlement, la victime ou ses parents peuvent directement contacter la police ou la gendarmerie par messagerie instantanée, afin d’effacer le contenu incriminé. Pour ce faire, cliquez sur ce lien.

 

À qui s’adresser ?

Des lignes d’écoute ont été créées spécifiquement pour accompagner les victimes, orienter les témoins et demander de l’aide ou des conseils.

Non au harcèlement

Service mis à disposition par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse, ouvert aux élèves, aux parents et aux professionnels et sur lequel on peut signaler des cas de harcèlement à l’école et demander conseils.

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h, sauf les jours fériés. Appel et service gratuit.

Tél : 30 20

 

Net écoute

Service mis en place pour signaler un cas de cyber-harcèlement chez les jeunes.

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h. Appel et service gratuit.

Tél : 30 18 ou 0800 200 000

Par mail, chat, Messenger ou pour être rappelé : formulaire de contact

 

Fil Santé Jeunes

Service gratuit et anonyme pour les jeunes de 12 à 25 ans, ouvert tous les jours de 9h à 23h.

Tél : 0800 235 236

 

Association d’aide aux victimes

Ligne d’écoute pour renseigner, orienter et accompagner au mieux les victimes.

Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 19h. Appel gratuit.

Tél : 116 006 

Mail : victimes@france-victimes.fr

Ce qui pourrait vous intéresser

enfant Article -
Par La rédaction

Que faire en cas de violences faites à un enfant ?

Incestes, violences physiques, morales, psychiques, négligences, délaissements, rackets… Au moindre soupçon, on peut donner l’alerte. Au-delà du 119, des structures sont là pour recevoir votre témoignage, prendre en charge votre dossier et aider un enfant violenté (de tous les âges).

Solidarité
Article -
Par La rédaction

Que faire en cas de harcèlement au travail ?

Malgré des avancées en matière de sensibilisation, de nombreux employés, qu’ils soient victimes ou témoins, ne savent pas toujours quoi faire ou qui contacter en cas de harcèlement au travail. D’autres ont peur de sanctions ou de perdre tout simplement leur emploi. Alors que peut-on faire et par où commencer ?

Société
violences femmes Article -
Par la rédaction

Comment aider une femme victime de violences conjugales ?

En 2020, 90 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Comment éviter ces drames ? Nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour aider les femmes à se protéger de la violence au sein de leur couple. Voici quelques pistes.

Société