Article

Précarisation étudiante : et soudain, on repense au revenu universel…

Comment soutenir les étudiants en difficulté en cette période de pandémie ? Certains proposent la mise en place de revenus complémentaires, d’autres repensent au revenu universel. Mais quelles différences ?
Par Philippe Lesaffre
étudiants
picto_1 Crédit: Bantersnaps / Unplash

Qu’est-ce qu’un revenu universel ? En ces temps de crise sanitaire, sociale et économique, certains repensent à l’idée d’instaurer un revenu complémentaire notamment pour soutenir les jeunes en difficulté. Certains mettent des idées sur la table et, se faisant, emploient parfois des termes qui nous font penser au revenu universel. Mouvement UP vous propose une balade sémantique.

Les députés socialistes Boris Vallaud (Landes) et Hervé Saulignac (Ardèche) ont présenté il y a quelques jours une proposition de loi (aussitôt écarté en commission) pour créer un « minimum jeunesse ». Leur idée est de verser une somme de 564 euros par mois à chaque jeune âgé de 18 ans (contre 25 ans pour l’actuel RSA). Pour Boris Vallaud, interrogé par 20 Minutes, il s’agit de « tendre la main à des jeunes qui se noient, pour les aider à sortir de cette crise mais aussi à s’inventer un avenir ».

Expérimenter le « RSA jeunes »

L’élu parle de «  revenu de base » dans la mesure où il veut automatiser le versement pour toutes les personnes qui y ont droit. Et d’ajouter que cela revient à « rattraper 25 % de personnes qui ont droit au RSA mais ne le perçoivent pas car elles ne connaissent pas leurs droits. La fraternité, la solidarité ne doivent pas rester des mots mais doivent se traduire dans les actes politiques ».

De son côté, le président de la métropole de Lyon, l’écologiste Bruno Bernard, souhaite expérimenter un RSA jeune. Ce serait un revenu de 300 à 400 euros, accordé à certains jeunes âgés de 18 à 25 ans.

Aurélien Pradié, le secrétaire général des Républicains, a, lui, plaidé pour l’instauration d’un « revenu vital » de 715 euros versé à toutes les personnes majeures. Un revenu qui « se substituerait aux dispositifs d’aide sociale » et qui serait versé toutefois à condition que le jeune ait « consacré deux mois de sa vie à l’utilité sociale » (par exemple au sein d’une association, ou dans une collectivité).

Ces revenus proposés (pour aider les jeunes en détresse) permettraient plus ou moins d’élargir l’actuel RSA (faire en sorte que plus de jeunes le touchent), mais ce ne sont pas en réalité des « revenus de base » ou des « revenus universels » comme on l’entend traditionnellement.

Le Pape François pour un revenu de base

Selon le Mouvement français pour un revenu de base, le revenu de base – qu’il défend – est une somme versée à l’ensemble d’une communauté donnée (universelle), individuelle (peu importe la situation familiale), inconditionnelle, cumulable avec d’autres revenus, et elle peut être donnée automatiquement, de la naissance à la mort. Reste à déterminer le montant, la mise en place progressive et le financement.

Benoît Hamon, qui avait défendu l’idée durant sa campagne présidentielle, en a remis une couche, dans son plaidoyer Ce qu’il faut de courage, paru aux éditions Équateurs, il y a quelques semaines. Il a reçu un soutien de poids, en la personne du… Pape François.

Le pape préconise (dans Un temps pour changer, Flammarion, 2020) de mettre en place un « revenu de base universel » qui pourrait être « versé par le biais du système fiscal » afin de « remodeler les relations sur le marché du travail« . C’est un revenu qui pourrait garantir aux gens, selon lui, « la dignité de refuser des conditions d’emploi qui les enferment dans la pauvreté. Il (leur) donnerait, écrit-il, la sécurité de base dont ils ont besoin (…) et faciliterait la mobilité entre les emplois, car les modèles de travail fondés sur la technologie sont de plus en plus demandés. Des politiques comme le revenu universel peuvent également aider à libérer les gens pour qu’ils puissent combiner salaire et temps consacré à la communauté ».

Ce qui pourrait vous intéresser

Pourquoi ils militent pour l'instauration d'un revenu universel Article -
Par Philippe Lesaffre

Pourquoi ils militent pour l'instauration d'un revenu universel

DOSSIER - Chômage de masse, hausse du temps partiel, pauvreté, automatisation des tâches… Les arguments ne manquent pas pour les partisans d’un revenu de base. Selon eux, le versement mensuel d’une somme d’argent, sans condition ni contrepartie, pourrait répondre à de nombreux défis de taille.

Solidarité
Mon revenu de base Article -
Par Philippe Lesaffre

Que donnent les expérimentations du revenu universel dans le monde ?

DOSSIER - Comment répondre au chômage de masse ? Comment faire en sorte que les citoyens trouvent du sens à leur travail et cessent leur bullshit jobs ? Certains militent pour la mise en place d’un revenu universel pour libérer et soulager les travailleurs. Une recette radicale, sur laquelle Mouvement UP se penche cet été.

Article -
Par Sandra Coutoux

3 initiatives locales pour remonter le moral des étudiants

Une coupe de cheveux gratuite, un repas offert, une nuit en gîte pour décompresser, la solidarité s'organise pour aider les étudiants à garder le moral. Lourdement impactés par la crise sanitaire ils sont 69 % à s'inquiéter pour leur santé mentale.

Solidarité