fbpx
Article

Ils luttent contre les dépôts sauvages en forêt

Après la découverte d'un dépôt sauvage d'aliments périmés et emballés de supermarché dans la forêt de Mormal, dans le Nord, MOUVEMENT UP s'est entretenu avec Benoît Tomsen, président de l'association Mormal forêt agir.
Par Philippe Lesaffre
les décharges en forêt
picto_1 En forêt de Mormal, dans le Nord (crédit: Anne-Catherine Dercourt)

« Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe dans leur cerveau. C’est très dur. Car on a tous un minimum de conscience, on sait qu’il faut sauvegarder le vivant, lâche Benoît Tomsen. Avec l’association Mormal forêt agir qu’il préside, il défend la plus grande forêt du Nord, où « plusieurs fois par an« , lui et les siens retrouvent, avec horreur, des amas de déchets en tout genre.

Du plastique, des bouteilles, mais également des objets plus encombrants, comme « des meubles, des matelas ou des machines à laver » sont laissés en pleine nature. Ni vus, ni connus. « Les auteurs sont tranquilles, personne ne peut les voir… » Et ainsi ils peuvent contourner les règles des déchetteries. On ne peut pas y décharger autant que l’on souhaite, il y a des limites chaque semaine. « Certains ont beaucoup à évacuer, ils n’ont pas envie de s’embêter« , croit-il savoir.

La dernière « trouvaille », dans la forêt de Mormal, mais aussi dans une commune des environs, à Estrun, le long de l’Escaut, est assez improbable : il a été découvert, la semaine dernière, un dépôt sauvage d’aliments invendus. Des centaines de boîtes de tapenade, de briques de boisson périmés ou des légumes emballés. Une première, selon Benoît Tomsen. Très vite, une enquête – dont a eu vent le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation – a été ouverte, et l’auteur présumé de ce dépôt a été retrouvé. Celui-ci a d’ailleurs vite « avoué », nous a indiqué Benoît Tomsen, en préambule de notre échange.

Comment éviter les décharges ?

Ces produits, provenant d’un grossiste, avaient été remis à une association qui devaient les donner à des personnes dans le besoin. Or, les aliments étant périmé, cette association comptait les distribuer à une ferme pour nourrir les animaux. Le membre de l’asso en charge de cette livraison n’aurait alors pas trouvé l’adresse de rendez-vous et aurait ainsi tout déchargé n’importe où.

De manière générale, comment protéger une forêt ? Et éviter qu’il y ait plusieurs dépôts sauvages de la sorte par an ? Difficile question, selon Benoît Tomsen. « Faut-il augmenter le montant des amendes ? Proposer une peine de prison plus sévère ? Je ne pense pas que ce soit utile. Peut-être faudrait-il plutôt exiger un travail d’intérêt général… Cela pourrait avoir du sens. »

Ce qui pourrait vous intéresser

Ils luttent contre les décharges sauvages Article -
Par Sandra Coutoux

Ils luttent contre les décharges sauvages

EXTRAIT DU MAG - Des débris de chantier, des gravats ou encore des pneus s’entassent régulièrement en…

Écologie
Décharge sauvage Article -
Par Sandra Coutoux

Une appli pour signaler les décharges sauvages

L'application Sentinelles de la nature, lancée par l'association France Nature Environnement, a permis depuis mai 2019 le signalement de plus de 200 décharges sauvages, via une carte interactive.

Écologie
#Trashtag Article -
Par Philippe Lesaffre

#Trashtag, le défi sur les réseaux sociaux pour nettoyer les zones naturelles

Il ne suffirait de pas grand-chose pour que les gens s’y mettent et nettoient les voies publiques, les espaces naturels, les plages ou les forêts.

Écologie