Article

Playing for the planet : les jeux vidéo s’engagent en faveur de l’environnement

En septembre, le programme « Playing for the Planet », lancé par les acteurs majeurs de l’industrie du jeu vidéo, fêtera ses 1 an. L’occasion de revenir sur les éco-technologies et les programmes de sensibilisation développés jusqu’ici.
Par Geoffrey Chapelle
pacman

Depuis sa création, l’industrie du jeu vidéo connaît une croissance exponentielle. À tel point qu’elle génère aujourd’hui davantage de revenus que Hollywood, Bollywood et l’industrie musicale mondiale réunis. Sur Terre, près de 3 milliards d’humains jouent ou ont déjà joué aux jeux vidéo, que ce soit sur ordinateur, sur console ou sur smartphone. Mais voilà, fabriquer des jeux vidéo pollue, y jouer également… Dans un rapport publié en 2018, les chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory indiquaient qu’il fallait l’équivalent en énergie de 10 réacteurs nucléaires pour permettre aux joueurs de se distraire chaque année.

Le programme Playing for the Planet est né de ce constat, le 23 septembre 2019. Soutenu par l’ONU, il réunit aujourd’hui une vingtaine d’acteurs influents du jeu vidéo tels que Microsoft, Sony, Google Stadia, Twitch ou encore Ubisoft. Tous ont pour ambition de réduire leur empreinte carbone – de la conception de leurs produits au recyclage des appareils en fin de vie -, et de sensibiliser leurs joueurs aux enjeux climatiques.

Si certains y voient une opération de com’ visant à verdir l’image de ces mastodontes, d’autres préfèreront saluer les progrès effectués grâce à ce programme.

Sony moins énergivore, Microsoft « carbone négatif »

Côté éco-technologies, Sony Interactive Entertainment a annoncé que sa future console (la Playstation 5) a été conçue pour être beaucoup moins énergivore que les consoles actuelles. Concrètement, lorsqu’elle sera en veille, sa consommation sera de 0.5 watt, contre 8,5 watts pour la Playstation 4, actuellement. Sony indique ainsi éviter l’émission de 29 millions de tonnes d’émissions de Co2 supplémentaires d’ici 2030.

De son côté, Microsoft, qui s’était déjà engagé à fabriquer des consoles neutres en carbone, souhaite aller plus loin et devenir « carbone négatif » d’ici 2030. Le géant américain a en effet annoncé que son objectif était de réduire encore de 50 % les émissions liées à sa chaîne d’approvisionnement et de valeur, et s’engage à publier des rapports annuels pour rendre compte des efforts fournis en la matière. Microsoft a également annoncé en début d’année « la création d’un fonds d’innovation pour le climat d’un milliard de dollars qui servira à accélérer la mise au point de technologies de réduction, de captage et d’élimination du carbone à l’échelle mondiale ».

Enfin, les Français d’Ubisoft se sont engagés à s’approvisionner en matériaux exclusivement auprès d’usines respectueuses de l’environnement, et Sports Interactive commercialisera les futures versions de son jeu Football Manager avec des emballages recyclés… Ce qui nous épargnera la production inutile de 20 tonnes de plastique.

On ne joue plus avec la planète, jouons pour elle !

Des évolutions sont également notables dans le contenu même des jeux vidéo, puisque de plus en plus de studios mettent l’accent sur les thématiques écologiques pour sensibiliser les joueurs. C’est le cas de Varsav Game Studio avec Bee Simulator qui, en permettant aux joueurs de se glisser dans la peau d’une abeille, les sensibilise sur le rôle capital de ce pollinisateur dans notre environnement.

Citons également World Rescue, sur Android, un jeu inspiré des Objectifs de développement durable, soutenu par l’UNESCO et l’Institut Mahatma Gandhi d’éducation pour la paix et le développement durable, et dans lequel le joueur doit faire face à la déforestation, à la sécheresse ou à la pollution dans différents pays du monde.

À l’occasion de la Green Mobile Game Jam, qui s’est déroulée au printemps dernier, 11 célèbres studios de jeux mobile ont communiqué sur leurs engagements à travers leurs jeux. Parmi lesquels le célèbre Angry Birds 2, du studio finlandais Rovio, qui propose désormais des liens à ses joueurs leur expliquant comment participer aux efforts de reboisement. Le jeu le plus téléchargé du monde, Subway Surfers (Sybo), a quant à lui développé un circuit d’étapes incitant le joueur à lutter contre le réchauffement climatique. Enfin, le jeu de course à succès Hill Climb Racing 2 (Fingersoft) invite le joueur à construire des voitures de course électriques et hybrides, alimentées par des panneaux solaires…

Ce qui pourrait vous intéresser

3 applications pour se mettre à la méditation Article -
Par Louise Pluyaud

3 applications pour se mettre à la méditation

Et si le smartphone nous apprenait à déconnecter ? Souvent considéré comme source de nervosité, il peut être utilisé autrement. Des applications mobiles vous proposent de décrocher en vous accompagnant sur la voie de la méditation. Voici notre sélection.

Solidarité
Lalibrairie.com Article -
Par Héloïse LEUSSIER

« J’apprends à me passer de smartphone, j’ai même une appli pour ça ! »

Accro au point de ne plus pouvoir se concentrer au travail, en famille ou avec des amis, certains utilisent des applications pour contenir leurs envies de consulter compulsivement leur smartphone. Les utilisateurs d’une de ces applis, Forest, nous ont livré leur point de vue.

Technologie
3 moyens de transport du futur… proche Article -
Par Charline FORNARI

3 moyens de transport du futur… proche

La France a connu dernièrement des pics de pollution prolongés importants. La circulation alternée et la…

Technologie