Article

Les prénoms « nature » de plus en plus à la mode ?

DANS L'ACTU - Les parents auront de plus en plus tendance à choisir pour leurs enfants des prénoms faisant référence à l’environnement. C’est en tout cas la prévision des auteures de "L’Officiel des prénoms 2021", sorti le 3 septembre.
Par Philippe Lesaffre
quel prénom pour les enfants
picto_1 Aditya Romansa / Unplash

Aube, Nour, Cassis, Lune, Automne, Summer chez les filles. Orion, Sirius, Zéphyr pour les garçons…  Selon L’Officiel des prénoms 2021, sorti le 3 septembre chez First, les parents devraient innover dans le choix de certains prénoms des nouveaux-nés. Et de plus en plus avoir tendance à choisir des patronymes faisant référence à la nature, aux animaux, au vent, à l’air, à l’univers. Des prénoms qui ne sont, pour le moment, quasiment pas portés, mais qui devraient de plus en plus apparaître dans les prochains mois, croient savoir les auteures Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly Perrin, qui ont effectué des projections statistiques pour leur ouvrage.

L’effet inattendu du confinement

Selon elles, une raison, au-delà de la prise de conscience écolo, est le confinement et le manque de vert ressenti par de nombreuses personnes, notamment les urbains, enfermés au plus fort de la crise sanitaire. « C’est l’effet inattendu de l’épidémie », explique Stéphanie Rapoport au Parisien – Aujourd’hui en France.

Autre changement en vue : le retour de certains prénoms « anciens », en lien avec la période troublée. Donner des prénoms rétro n’est certes pas nouveau, mais, après la pandémie, nous devrions assister, d’après L’Officiel, au retour des Jacques, Lucien, Marcel, Jeanne, Colette, ou Madeleine, répandus dans les années 40 et 50. Des prénoms qui auraient, selon les auteures, dû attendre 10 ou 20 ans de plus, avant de revenir à la mode. Car, d’après elles, en temps normal, un prénom à l’ancienne met un siècle pour redevenir populaire. Certains parents ont-ils peut-être eu envie de rendre hommage à leurs aînés ?

Ce qui pourrait vous intéresser

paris je te quitte Article -
Par Sandra Coutoux

Après le confinement, ils veulent quitter Paris

C'est l'un des impacts du confinement. Trop chère, trop bruyante, trop peuplée, Paris ne fait plus rêver. Une étude publiée par le site Parisjetequitte révèle que 54 % des Franciliens sont prêts à quitter la capitale, dans les mois qui viennent, pour vivre une vie plus douce ailleurs.

Bien-être Société
emeline de bouver plus de liens moins de biens Article -
Par Sandra Coutoux

Emeline de Bouver : le confinement révèle l’importance des relations sociales

Émeline De Bouver enseigne la sociologie de la consommation à l'université catholique de Louvain en Belgique. Elle est l’auteure d’un livre sur la simplicité volontaire, intitulé "Moins de biens, plus de liens. La simplicité volontaire un nouvel engagement social". Quels sont les principes de ce mouvement ? Peut-il prendre de l’ampleur en réponse à la crise planétaire que nous traversons ? Entretien.

Société
Apprenez à réparer votre vélo vous-même ! Article -
Par Sandra Coutoux

Le vélo, grand gagnant du déconfinement ?

Le déconfinement signe-t-il le grand retour du vélo en ville ? Depuis la fin du confinement, les particuliers sont encouragés à ressortir leur vélo de la cave, grâce à une aide de l’État. Les primes à l'achat de vélos à assistance électrique sont également toujours d'actualité.

Consommation Écologie