fbpx
Article

Les jeunes en faveur de la consigne pour lutter contre la pollution plastique

Les poubelles débordent et les déchets se retrouvent dans la nature, les océans... Selon un sondage, les - de 35 ans déclarent être inquiets de la pollution plastique et disent être favorables à la mise en place d'une forme de consigne pour collecter les emballages de boissons en vue de leur réutilisation.
Par Philippe Lesaffre
Les jeunes en faveur de la consigne pour lutter contre la pollution plastique
picto_1 Les jeunes en faveur de la consigne pour lutter contre la pollution plastique

En 2020, la France dira adieu à certains objets à usage unique comme les cotons tiges, les gobelets et les assiettes. L’année suivante, on se séparera des pailles, des touillettes et des couvercles. Des mesures qui visent à coller aux attentes des citoyens de plus en plus sensibilisés et souvent très mobilisés sur le sujet.

Preuve en est avec cette étude d’Océans Sans Plastiques, en partenariat avec la Fondation Tara Océan. L’institut Harris Interactive* a sondé les – de 35 ans sur leur perception des enjeux environnementaux et notamment des déchets. 91% des jeunes affirment être inquiets, ou très inquiets pour certains, par la pollution engendrée par le plastique. « Cela signifie que les jeunes sont prêts à bouger et à évoluer dans leurs pratiques », explique Henri Bourgeois-Costa, porte-parole de Tara Océan.

Trier ses déchets, pas une mince affaire

La plupart déclarent trier systématiquement les déchets à domicile (bien qu’un peu moins hors-foyer, ce qui paraît logique) et demandent des améliorations. Car un jeune sur deux indique se tromper de poubelles, contre un peu plus de 3 adultes sur 10. Des erreurs dues, selon les personnes questionnées, à un manque d’information, principalement. Ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver, même pour les plus aguerris, d’autant que certains emballages contiennent plusieurs matériaux différents rendant le recyclage plus complexe. Sans oublier que le tri peut encore varier d’une ville à l’autre.

Lire aussi : le vrac pour arrêter de gaspiller inutilement

9 interrogés sur 10 évoquent l’option de la « réduction de la quantité d’emballages« . Il y a le vrac, le zéro déchet pour les plus engagés, mais tout le monde n’y est pas. « On peut déjà lutter contre le suremballage inutile de certains produits et la simplification des emballages », propose Henri Bourgeois-Costa.

Consigne et récompenses

En outre, plus de 8 jeunes sur 10 déclarent être favorables à la mise en place d’une consigne en vue du recyclage ou de la réutilisation des emballages (une solution privilégiée par le gouvernement qui veut l’expérimenter pour les boissons, et pas seulement en verre). « Ce n’est pas forcément l’option miracle, mais si cela peut permettre d’améliorer le taux de recyclage des bouteilles, qui est de 56 %… En Lituanie, le taux est passé de 36 à 92 % en quelques années grâce à la consigne », précise Henri Bourgeois-Costa, qui rappelle que, chaque année, plus de 140 000 bouteilles se décomposent dans la nature en France.

Pour les interrogés, une somme de 10 à 25 centimes par emballage plastique à gagner lors du dépôt, les motiveraient à collecter les bouteilles et les flacons vides, disent-ils. Selon eux, les épiceries et les enseignes de distribution seraient des lieux de dépôt idéal. La récompense du système de consigne attire dans un contexte où l’on culpabilise souvent le citoyen par rapport à ses actions…

Lire aussi : Transiscope, la carte interactive pour consommer autrement

*Échantillon de 1 044 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un sur-échantillon permettant d’obtenir 546 jeunes de moins de 35 ans