fbpx
Article

Le Smicval market : un supermarché du troc unique en France

A Vayres, en Gironde, à 30 km de Bordeaux, plus de 1 000 tonnes de produits sont échangés gratuitement chaque année, au lieu d'être jetés, grâce à un supermarché d'un nouveau genre. Le Smicval Market est un concept innovant porté par l'établissement public qui collecte et traite les déchets de ce territoire. Focus sur cette initiative locale.
Par Sandra Coutoux
picto_1 Crédit : Harry Cunningham / Unsplash

À la façon d’un supermarché inversé, le Smicval market est destiné aux habitants du Libournais et de la Haute-Gironde , qui peuvent donner ici  les objets ou matériaux dont ils n’ont plus l’utilité, et prendre ce qu’ils souhaitent gratuitement. C’est le concept innovant développé par le Smicval, le service public en charge du traitement des déchets ménagers des 138 communes du territoire, soit 210 000 habitants. L’objectif ? Renforcer le réemploi ! Et ça marche. Depuis la création en 2017 du Smicval Market, l’enfouissement d’objets a baissé de 60 %, et plus de 85 % des objets déposés sont recyclés. Dans ce supermarché, on peut donner et prendre des objets, jouets, livres, vaisselle, petits électroménagers, mais aussi du matériel de bricolage en gros volume comme du plâtre, du carrelage, des gravats. Le projet a un tel succès qu’on est venu même de l’étranger pour le visiter : «  Nous avons eu des visiteurs japonais, belges mais aussi issus des territoires de différentes régions françaises qui se sont montrées intéressées par le concept « , explique Charlotte Bousquie, chef de projet au Smicval.

Un projet participatif avec les habitants

Un succès tel que le Smicval va lancer un nouveau supermarché du réemploi, dans un quartier de Libourne cette fois, dont l’ouverture est prévue en 2024. Pour créer un projet qui répond aux besoins des habitants, l’établissement a lancé une grande concertation auprès des citoyens, des élus locaux, des acteurs associatifs et institutionnels qui a duré 6 mois entre 2018-2019. Plus de 500 personnes ont participé, en majorité les 25-45 ans, et une centaine d’idées ont été partagées. Le besoin de services de proximité écoresponsables arrive en tête pour répondre à la demande de lien social de la population locale. Le futur tiers-lieu qui est toujours en phase du réemploi devrait ainsi accueillir des ateliers de réparation, un café associatif, un espace de vente en vrac et de produits up-cyclés, mais aussi un espace d’incubation sur l’économie circulaire, des cours d’informatique pour les plus fragiles, et des espaces pour les associations caritatives locales. Le lieu aura une vocation sociale et écologique, et sera encore plus proche des besoins des habitants de ces territoires. Par ailleurs autre projet dans le même esprit devrait voir le jour dans l’Estuaire de la gironde en 2023.

 

 

 

 

Ce qui pourrait vous intéresser

Extramuros Article -
Par Sandra Coutoux

Extramuros, entreprise pionnière de l'upcycling

Ce mois-ci, UP le mag, en partenariat avec Up Campus et la  Mairie de Paris, vous…

Écologie
La boutique où tout est gratuit Article -
Par Mounir Belhidaoui

La boutique où tout est gratuit

Des peluches, des vêtements, des robots de cuisine ou encore des objets de déco : vous trouverez tout chez « Siga-Siga ». Dans cette boutique un peu spéciale, il vous sera inutile de sortir le porte-monnaie puisque tout est gratuit !

Solidarité
Apprenez à réparer votre vélo vous-même ! Article -
Par Philippe Lesaffre

Apprenez à réparer votre vélo vous-même !

En France, de plus en plus d’ateliers d’auto-réparation vous accueillent pour que vous puissiez réparer ou entretenir votre deux-roues. Au programme : échange de savoirs et bonne ambiance !

Solidarité