Article

Le réseau Andes lance un fonds de soutien pour les épiceries solidaires

En ce début de déconfinement, Andes, le réseau national des épiceries solidaires, appartenant au GROUPE SOS (comme Mouvement UP), lance un fonds de soutien et de développement d’un million d’euros. L’idée : soutenir ces établissements, en première ligne durant la crise sanitaire et créer 100 nouveaux établissements.
Par La rédaction
Dans les épiceries d u réseau Andes
picto_1 Crédit : Andes (Facebook)

Le territoire compte plusieurs centaines d’épiceries solidaires, permettant aux personnes sans ressources de bénéficier de produits de première nécessité à moindre coût. Or, la pandémie a mis l’économie réelle à l’arrêt. Pendant deux mois, la France a été sous cloche, ce qui a durement impacté le secteur alimentaire solidaire.

La plupart des épiciers du réseau d’Andes (380 établissements, en France) se sont adaptées en période de distanciation sociale en proposant un service de drive, de livraison à domicile, de distribution des colis, en fonction des besoins…

Néanmoins, de nombreuses épiceries demeurent en grande difficulté, en particulier en raison du nombre de dons des supermarchés qui a fortement chuté.

Un fonds de soutien solidaire

Ce n’est pas juste un lieu pour acheter des produits à prix d’ami (coût entre 10 % et 30 % de la valeur marchande), puisque certaines proposent, en plus, des ateliers aux bénéficiaires (170 000 personnes en tout), comme des cours de cuisine. Enfin, le réseau Andes c’est aussi quatre chantiers d’insertion (Rungis, Lille, Perpignan et Marseille), des personnes qui récupèrent les invendus auprès des grossistes et des industriels avant de les redistribuer aux épiciers du réseau et à d’autres structures d’aides alimentaire

Pour les aider, en cette période délicate, le réseau Andes lance « un fonds de de soutien et de développement » d’une valeur d’un million d’euros et invite entreprises et autres acteurs à les soutenir dans cette initiative.

Cette somme permettrait aux épiceries de rester « en bonne santé » financièrement et d’en créer d’autres une centaine d’autres sur le territoire.

Ce qui pourrait vous intéresser

consommation Article -
Par Sandra Coutoux

Confinement : une anthropologue examine nos comportements

Fanny Parise est anthropologue, experte de la consommation. Cette chercheuse à l’Institut lémanique de théologie pratique de l’Université de Lausanne (en Suisse) va lancer un questionnaire pour étudier comment les citoyens vont percevoir et réorganiser leur vie de consommateur durant la période de confinement actuelle. Et si cette crise nous offrait une opportunité de transformer nos modes de vie ? Entretien.

Consommation
les pommes de terre produits achetes en temps de confinement Article -
Par Philippe Lesaffre

Comment les épiceries Nous, antigaspi s'adaptent au confinement

Avec le confinement, les comportements d’achats de première nécessité ont été bouleversé. Ce qui a impacté l’organisation des magasins alimentaires. Par exemple, Nous, antigaspi, la chaîne d’épiceries situés principalement dans l’ouest du pays et valorisant les invendus (parfois locaux), ont dû, comme les autres, faire face.

Consommation
Article -
Par Philippe Lesaffre

"La solidarité, c'est résister et construire l'avenir"

À l'initiative de Nicolas Hulot, 80 associations ont lancé un Appel des solidarités. Une campagne visant…

Écologie