Article

Et si vous observiez les oiseaux dans votre jardin ?

La Ligue pour la protection des oiseaux vous propose de recenser les oiseaux qui se posent sur votre jardin, en ces heures de confinement forcé.
Par Philippe Lesaffre
rouge-gorge de montpellier : et si vous observiez les oiseaux pendant le confinement
picto_1 Benjamin Lecomte / Unplash

Pour passer le temps, vous lisez, cuisinez, regardez des films et des séries télé, télétravaillez, aidez vos enfants à apprendre leurs leçons, faites de la musculation, du yoga, pratiquez la sophrologie, écrivez des poèmes, discutez avec vos amis… Et si vous faisiez une pause et entamiez une autre activité ?

La Ligue pour la protection des oiseaux vous propose, si vous avez un jardin, de recenser, pendant dix minutes chaque jour, toutes les espèces d’oiseaux qui vous rendent visite. L’asso environnementaliste vous demande de ne comptabiliser uniquement les espèces qui se posent sur votre espace vert, pas celles qui survolent votre enclos. « Quelques exceptions, écrit la LPO sur son site Oiseaux des jardins, à cette règle pour les insectivores et les rapaces chassant au-dessus du jardin : hirondelles, martinets, épervier… Vous pouvez noter ces espèces si vous les observez en train de chasser sur votre lieu d’observation. »

Les scientifiques ont besoin de vous – et des informations que vous collectées – pour améliorer leurs connaissances sur l’état de la biodiversité, et notamment en ce début du printemps.  Pourquoi les espèces visitent votre jardin ? Quand les migrateurs reviennent-ils ? Comment se comportent les oiseaux dans les villes ?

Les sciences participatives ont le vent en poupe

Il suffit, pour participer à l’aventure, de se rendre sur la plateforme Oiseaux des jardins. Puis de « créer un jardin ». Saisissez une date, le créneau horaire de votre séance d’observation, puis les espèces observées (avec, à chaque fois, le nombre d’individus) et n’oubliez pas de valider votre saisie. RDV sur la page du mode d’emploi.

De plus en plus de citoyens passent à l’acte et participent à des séances d’observation de la faune et de la flore. Vous pouvez renseigner les espèces autour de vous via le programme du Museum national d’histoire naturelle Vigie-nature ou sur l’application mobile d’INPN-Espèces, l’outil recensant la faune et la flore là où vous vous situez.

Les sciences participatives ont le vent en poupe. Depuis son lancement, l’outil numérique a généré, selon un communiqué du MNHN, « près de 100 000 observations dans environ 23 % des communes françaises ».

Au fait, si vous voulez en savoir plus sur les plantes et les fleurs qui vous entourent, suivez le guide du réseau Tela Botanica (Mooc, partage de photos de plantes du balcon ou du jardin).

 

Ce qui pourrait vous intéresser

Le succès des sciences participatives Article -
Par Sandra Coutoux

Le succès des sciences participatives

BIODIVERSITÉ - Le nombre de citoyens français engagés dans des programmes scientifiques collaboratifs a été multiplié par 2 entre 2011 et 2017, selon l'Observatoire national pour la biodiversité.

Écologie
photo canard Article -
Par Sandra Coutoux

20 ans après l’Erika, quel impact sur la biodiversité ?

La marée noire causée par le naufrage de l’Erika, au large des côtes bretonnes, en décembre 1999, est considérée comme la plus grande catastrophe ornithologique en France. 20 ans après, certaines espèces d’oiseaux restent impactées par ce drame écologique.

Écologie
Le Article -
Par Philippe Lesaffre

Le "Monsieur DD du lycée" de La Courneuve

Certains enseignants parlent en classe de développement durable. Mais de quelle manière ces derniers se mobilisent-ils ? Mouvement UP, pour le savoir, a rencontré Ryem, un prof de SVT depuis trois ans. Celui qui vient d'entamer sa troisième rentrée au lycée Jacques Brel compte mettre en place avec ses élèves un rucher et un potager. Depuis ses débuts, il essaye d'inculquer aux jeunes des réflexes éco-responsables.

Écologie