fbpx
Article

Des marques de lait écoresponsables dans les grandes surfaces

Quelques jours après l’enquête du média d’investigation Disclose, sur le non-respect du code de l’environnement de certaines usines du groupe Lactalis, polluant des cours d’eau par leurs pratiques, zoom sur des marques de lait plus écoresponsables.
Par La rédaction
lait écoreponsable

Les citoyens décident

« C’est qui le patron ? – La marque du consommateur », co-lancé par Nicolas Chabanne, a débarqué dans les rayons des supermarchés en octobre 2016. En un an, 33 millions de briques de lait ont été vendues. Cinq ans après, selon le cabinet Nielsen, près de 16 millions de personnes ont au moins acheté un produit de cette marque citoyenne. But de l’opération : rendre le pouvoir aux consommateurs. Ces derniers co-concoivent les différents produits (il y en a eu une vingtaine – du lait au beurre, en passant par les  œufs ou les pâtes). Pour le lait, par exemple, ils déterminent la provenance des ingrédients consommés par les vaches, ainsi que la rémunération des producteurs. Pour que ces derniers puissent mieux vivre de leur travail, les citoyens ont choisi de l’augmenter, acceptant ainsi de faire grimper le prix de vente d’une brique de lait de quelques centimes.

Les marques des enseignes de grande distribution aussi s’y mettent

D’autres initiatives existent pour que les producteurs de lait soient mieux rémunérés. Il y a aussi Monoprix qui a lancé son lait équitable ; il est produit selon le cahier des charges de « C’est qui le patron ? », dont le logo s’affiche sur les briques (et l’éleveur s’engage à respecter une charte de bonnes pratiques – des vaches nourries sans OGM et avec des fourrages locaux, allant au pâturage entre 3 et 6 mois par an).

Intermarché a également sauté le pas avec sa laiterie de Saint-Père-en-Retz, qui envoie des briques de lait « Les éleveurs vous disent merci » depuis 2018 dans les 1 800 magasins de l’enseigne. En deux ans, 45 millions de litres ont été vendus. La marque propose désormais d’autres produits comme les œufs et la crème fraîche. Les derniers en date : le lait bio, depuis le début de l’année et, depuis septembre, les steaks hachés charolais.

Par ailleurs, dans certains magasins Intermarché, une nouvelle marque est apparue dans les rayons (lancée par André Bonnard, ex-secrétaire de la Fédération nationale des producteurs laitiers) : « Né d’une seule ferme« . Ce sont des yaourts fabriqués dans des fermes à proximité, avec cette promesse : mieux rémunérer les éleveurs.

Et les boissons végétales ?

Coco, avoine, soja, noisette, amande… Il existe une importante gamme de « laits » végétaux, qui remplissent les rayons. Des experts spécialistes et des nutritionnistes, interrogés sur le site du Figaro, vous aident à vous repérer et recommandent d’opter pour des produits enrichis en calcium. Et ce, car « l’apport journalier recommandé chez l’adulte est de 800 à 900 mg« , explique Laurence Plumey, médecin nutritionniste citée par l’article.

Pour bien comprendre quels laits vous consommez, végétaux ou non, vous pouvez vous sur rendre sur la plateforme Open food facts, qui informe sur le « nutri-score » des produits.

Ce qui pourrait vous intéresser

Agriculture : comment produire autrement ? Article -
Par Philippe Lesaffre

Agriculture : comment produire autrement ?

A LA TV - Certains paysans, qui veulent se passer de pesticides, tentent de trouver des alternatives à l’agriculture intensive et chimique. Arte en a rencontré quelques-uns et diffuse samedi 23 mars "Les défis d'un autre agriculture".

Écologie
Article -
Par Sandra Coutoux

"Les producteurs de cacao doivent s'adapter au changement climatique"

La Quinzaine du commerce équitable se déroule du 11 au 26 mai 2019. Quel est l’impact économique et social du commerce équitable à travers la planète ? Réponses avec des producteurs et travailleurs soutenus par le label Fairtrade/Max Havelaar. Aujourd’hui découvrez le témoignage d’Awa Bamba, directrice de la coopérative de cacao Cayat en Côte d’Ivoire.

Solidarité
les pommes de terre produits achetes en temps de confinement Article -
Par Philippe Lesaffre

Comment les épiceries Nous, antigaspi s'adaptent au confinement

Avec le confinement, les comportements d’achats de première nécessité ont été bouleversé. Ce qui a impacté l’organisation des magasins alimentaires. Par exemple, Nous, antigaspi, la chaîne d’épiceries situés principalement dans l’ouest du pays et valorisant les invendus (parfois locaux), ont dû, comme les autres, faire face.

Consommation