Article

Convention pour le climat : les citoyens attendent la « réponse » de l’exécutif

La Convention citoyenne pour le climat a imaginé des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ses membres lancent une association pour peser davantage dans le débat public.
Par Philippe Lesaffre
marche climat nuremberg
picto_1 Manifestation, à Nuremberg (Allemagne). Crédit : Markus Spiske (Unplash)

La Convention citoyenne pour le climat, constituée en octobre 2019, a rendu sa copie ce dimanche 21 juin, au terme de son dernier week-end de travail. Ses 150 membres tirés au sort, des citoyens de tous les âges et de toutes les professions, ont transmis au ministère de l’Environnement leurs propositions qu’ils ont au préalable votées.

Loin d’être des militants écolos au départ, ils se sont appliqués à formuler des mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit de propositions concrètes ou des recommandations quant aux sujets que la France pourrait « porter » au niveau européen et sur les traités internationaux. Grâce à l’aide d’experts, certaines mesures ont été traduites en textes de loi, avec la formulation d’options de financement, ainsi que des propositions de mise en œuvre, à savoir via la voie parlementaire et décret d’application, ou via un référendum.

Une opération inédite, suivie de près notamment par des scientifiques du Giec (notamment le climatologue Jean Jouzel) afin de s’assurer que promesse soit tenue. Emmanuel Macron avait déclaré au début vouloir reprendre « sans filtre » les conclusions de la convention.

Rénovation thermique obligatoire

Les citoyens ont prôné en premier lieu l’organisation d’un référendum pour permettre une révision de la Constitution dans le but d’y intégrer la notion de défense de l’environnement et afin de pénaliser le crime d’écocide, prôné depuis de longue date par Valérie Cabanes.

Ils entendent rendre obligatoire d’ici 2040 la rénovation énergétique des bâtiments, et en premier lieu des passoires thermiques, ou, encore, de baisser la TVA sur la vente de billets de train pour encourager les Français à laisser la voiture au garage. Ils veulent interdire la construction de nouveaux aéroports, ainsi que l’extension des existants, réduire la vitesse sur les autoroutes à 110 km à l’heure. Les citoyens proposent de réduire les panneaux publicitaires sur la voie publique, d’interdire les publicités de produits très émetteurs, comme certaines voitures (les SUV).

Des fermes municipales

Dans le but de soutenir l’agriculture française, les citoyens propose de favoriser le développement des circuits courts, l’ouverture de fermes municipales, l’instauration de chèques alimentaires pour les plus démunis à utiliser sur les produits bio. L’idée : faire en sorte que les plus précaires puissent se nourrir justement.

En revanche, une mesure portée par l’un des citoyens a été retoquée par la majorité des citoyens : la baisse du temps de travail, à 28 heures par semaine (qui ne figure donc pas dans la liste transmise à l’exécutif). Cette proposition n’aurait pas été « comprise », au lendemain de la crise sanitaire, puis économique, nous explique Mélanie B., ajoutant aussitôt que cette idée avait été, de toute façon, « minoritaire » parmi les 150.

Et maintenant ?

Mais que va-t-il advenir des propositions ? L’exécutif a déjà expliqué qu’il y aurait des « réponses ». Le chef de l’État a prévu de s’entretenir avec les citoyens de la convention le 29 juin à l’Elysée.

Sur certaines mesures, les membres du gouvernement se sont d’ores et déjà exprimés. A titre personnel, certains ont déclaré être d’accord avec l’idée de réduire la vitesse sur les voies rapides et Elisabeth Borne a affirmé ne pas être opposée à une révision de la Constitution.

Les citoyens disent « rester prudents » et « compter sur le soutien des Français ». Pour continuer d’exister après la dissolution de la Convention, elle et d’autres participants ont lancé une association pour continuer de faire vivre les mesures, de peser auprès des décideurs.

Les 150 mesures sont à découvrir sur le site de la Convention.

Ce qui pourrait vous intéresser

Marche pour le climat Article -
Par Philippe Lesaffre

Quel avenir pour les propositions de la Convention citoyenne pour le climat ?

Les propositions seront-elles prises en compte dans ce contexte d'après Covid-19 ? On en a discuté avec Mélanie B., l’une des 150 citoyens tirés au sort. Avec d'autres, elle a planché sur les questions liées à l’alimentation.

Écologie
La pire excuse pou justifier la crise environnementale Article -
Par Philippe Lesaffre

"La pire excuse" : le second degré pour donner envie d'agir

De plus en plus de citoyens sont sensibilisés aux enjeux du dérèglement climatique, mais, pourtant, ils n’agissent pas encore. Qu’est-ce qui coince ? On en a parlé à Grégory Poinsenet, cofondateur de l’association Sorry Children.

Écologie
Article -
Par Sandra Coutoux

Jean Jouzel : 2020 doit être le début d’une décennie centrée sur l’action 

Le climatologue et glaciologue Jean Jouzel est, depuis 30 ans, l’un des lanceurs d’alerte du réchauffement climatique. Pour le scientifique ancien vice-président du GIEC, la décennie à venir va être cruciale pour l’humanité.

Écologie