Article

Comment venir en aide aux espèces d’oiseaux

Les espèces disparaissent, mais des citoyens s’engagent en vue de leur sauvegarde, chaque jour, à leur niveau. Durant la COP26, Mouvement UP a échangé avec Théophile Tusseau, animateur nature à la LPO-Anjou, qui nous donne quelques pistes pour se mobiliser.
Par Philippe Lesaffre
Pigeon
picto_1 Crédit : Tim Mossholder / Unsplash

« Je suis tombé dedans quand j’étais petit. » Théophile Tusseau s’est engagé avec la Ligue pour la protection des oiseaux à 8 ans, à partir duquel il a notamment participé à des inventaires et des sorties. De la LPO, il ne s’est ainsi jamais éloigné, et, aujourd’hui, il en est salarié.

Apprendre pour protéger

Aujourd’hui chargé de mission en Maine-et-Loire, il sensibilise auprès du grand public et intervient auprès de citoyens de tous les âges, de la maternelle, à un âge où les enfants assimilent beaucoup, aux pensionnaires d’Ehpad. Le format diffère en fonction des âges, il s’adapte au public, mais le fond reste identique : il emmène les participants sur le terrain, en promenade, munis de jumelles, et il les invite à l’observation, limite à gratouiller le sol. L’idée est là : lui vise à donner des pistes pour aider chacune et chacun à protéger la biodiversité, et pas seulement les oiseaux. Puisque la LPO intervient aussi pour venir en aide aux insectes ou aux amphibiens. Car tout est lié. « Si on connaît mieux la nature, c’est plus facile d’aider à la conserver. »

Le but de l’opération, selon Théophile : expliquer leurs fonctionnements, leur mode de reproduction. « On est là aussi pour répondre aux peurs et casser les mythes, s’il y en a, sur certaines espèces. » Et mettre en lumière, en outre, les répercussions du changement climatique sur la biodiversité : « On voit de plus en plus d’hirondelles ou des chauves-souris en hiver. Et les mésanges ont de plus en plus de mal à se nourrir. Le printemps plus précoce perturbe son cycle d’alimentation, les populations trouvent moins de chenilles pour se nourrir au moment où elles en ont le plus besoin. »

Chaque geste compte

Et cela se joue au quotidien, chaque geste compte. « Par exemple, j’invite les personnes à ralentir en voiture, actuellement, les crapauds ou les salamandres, en période de reproduction, traversent les voies… Ou, encore, à ne pas tondre à ras les jardins pour protéger les espèces qui s’y réfugient. » La LPO pousse en réalité les personnes à se rendre compte de leur présence, notamment en les observant de leur domicile.

Sciences participatives ou l’art d’observer

Comme d’autres structures, la LPO propose un programme de sciences participatives et invite deux fois par an les personnes qui le souhaitent à dresser l’inventaire des espèces qui se posent dans leur jardin ou leur balcon. Une aide bien précieuse. Ces organisations, grâce à ces enquêtes participatives, peuvent ainsi documenter la lente agonie des populations animales.

Les refuges LPO

Les personnes peuvent s’engager davantage et lancer des refuges LPO ; visant, plus concrètement, à sauvegarder les espèces présentes. « Il y en a 50 000 en France, ce qui représente 60 000 hectares, protégées par les citoyens. » Tant des particuliers que des structures, puisqu’un refuge peut être créé dans un espace privé, y compris un balcon, et au sein d’une entreprise aussi.

Chaque personne, chaque collectif s’engage ainsi à respecter une charte pour réduire son impact sur l’environnement et sur la biodiversité. Cela a un cout (35 euros), mais la LPO fournit un kit refuge, un nichoir et quelques livres de sensibilisation, ainsi qu’une plaque pour aider les citoyens et citoyennes volontaires.

 

Ce qui pourrait vous intéresser

rouge-gorge de montpellier : et si vous observiez les oiseaux pendant le confinement Article -
Par Philippe Lesaffre

Et si vous observiez les oiseaux dans votre jardin ?

La Ligue pour la protection des oiseaux vous propose de recenser les oiseaux qui se posent sur votre jardin, en ces heures de confinement forcé.

Animaux Écologie
La pollution sonore affecte aussi les espèces d'oiseaux Article -
Par Héloïse LEUSSIER

La pollution sonore affecte aussi les espèces d'oiseaux

EN BREF - Silence, la pollution sonore tue. Le bruit des villes et des transports a…

Écologie
Bienvenue à la ferme de la Mare des Rufaux Article -
Par Héloïse LEUSSIER

Bienvenue à la ferme de la Mare des Rufaux

La bio, la permaculture, les circuits-courts... Ces mots font doucement, mais sûrement, leur chemin dans le…

Écologie