Article

Ce que le réveil écologique des étudiants a changé

En septembre 2018, 30 000 étudiants signaient le Manifeste pour un réveil écologique. Ce collectif travaille aujourd'hui à intégrer les questions écologiques dans les programmes de l'enseignement supérieur et à aider les jeunes diplômés à choisir un employeur engagé dans la transition écologique. Entretien avec Olivier Truffinet, l'un des ses membres.
Par Sandra Coutoux
picto_1 Crédit : Markus Spiske / Unsplash

“Notre génération fait face à l’urgence climatique”

Quelles actions ont été menées depuis le lancement du Manifeste pour un réveil écologique ?

Nous avons rencontré des dirigeants pour porter le message de la transition écologique dans les entreprises. Ces trois dernières années, nous avons été invités à de nombreuses tables rondes pour évoquer les enjeux environnementaux et le rôle dans l’entreprise dans la lutte contre le changement climatique. Nous savons aujourd’hui que les activités humaines sont responsables du réchauffement de la planète. Le nouveau rapport du GIEC est formel, la situation est critique, le phénomène s’accélère. Nous constatons que notre discours autour de la sobriété et de la décroissance bouscule les dirigeants et leurs salariés. Nous avons peut-être fait les mêmes écoles de commerce, ou les mêmes grandes écoles, mais notre génération fait face à l’urgence climatique, lorsque les précédentes sont peut-être parfois encore dans le déni.

Quel a été l’impact de votre démarche sur les dirigeants ?

Certains secteurs d’activité avancent : la finance verte se développe, l’automobile se convertit à l’électrique, mais d’autres secteurs résistent comme l’aéronautique. Nous avons lancé un questionnaire et près de 50 % des entreprises sollicitées nous ont répondu. Grâce à l’analyse des données collectées, nous avons créé une plateforme anti-green washing pour aider les étudiants à choisir des employeurs vraiment responsables. Cela bouge aussi dans la fonction publique, des futurs hauts-fonctionnaires ont signé une tribune dans Le Monde pour demander à être formés aux enjeux environnementaux. Ils souhaitent devenir des leviers du changement, en exerçant leurs missions de service publique. L’enseignement supérieur doit intégrer les questions écologiques dans tous les programmes, car le réchauffement climatique va tous nous concerner à l’avenir. À la suite d’une enquête que nous avons menée en 2020, nous avons fait le constat que seuls 11 % des établissements du supérieur étaient prêts à le faire. Dans notre “grand baromètre” de la transition écologique dans le supérieur, nous saluons le travail fait par les écoles d’ingénieurs, plus impliquées sur cette question que leurs homologues de management ou les universités.

Quels sont vos projets en cours ?

Nous travaillons avec le ministère de l’Enseignement supérieur, et le sujet des programmes avance, mais chaque établissement est libre de son programme d’enseignement, donc nous pensons que le changement viendra aussi grâce à la mobilisation des étudiants dans leurs écoles. Nous pensons qu’il est urgent de former celles et ceux qui seront confrontés aux conséquences du réchauffement climatique, pour créer les solutions du monde de demain. Cela passera par une nouvelle vision, et un nouveau rapport au monde, et nous sommes là pour porter cette vision.

Pour aller plus loin : https://pour-un-reveil-ecologique.org/fr/

 

Ce qui pourrait vous intéresser

L'appel des étudiants des grandes écoles au Article -
Par Sandra Coutoux

L'appel des étudiants des grandes écoles au "réveil écologique"

INITIATIVE - Un manifeste, signé par plus de 10 000 étudiants, appelle le monde économique au réveil écologique. Dans ce texte, des étudiants issus des grandes écoles françaises s'engagent à ne pas travailler pour des entreprises polluantes.

Écologie
Comment choisir votre futur employeur en fonction de ses valeurs écologiques ? Article -
Par Sandra Coutoux

Comment choisir votre futur employeur en fonction de ses valeurs écologiques ?

Le collectif étudiant Pour un réveil écologique vient de lancer une plateforme pour aider les jeunes diplômés à choisir des employeurs engagés dans une véritable transition écologique.

Écologie
L'écologie personnelle : pourquoi prendre soin de soi est bon pour la planète Article -
Par Sandra Coutoux

L'écologie personnelle : pourquoi prendre soin de soi est bon pour la planète

IDEES- Burn-out, dépression, mal-être, éco-anxiété ne sont-ils pas les symptômes d'une société à bout de souffle ? Pour Caroline Durand, kinésiologue, prendre soin de son bien-être physique et mental est essentiel pour bien prendre soin de l'environnement.

Écologie