Article

A Lille, des épiceries solidaires étudiantes au chevet des plus fragiles

Sur les campus de Lille, des épiceries solidaires étudiantes accompagnent au quotidien des jeunes dans le besoin financièrement. Un soutien de poids en ces temps de crise sanitaire et de distanciation sociale.
Par Philippe Lesaffre
étudiants
picto_1 Crédit: Hannah Wei / Unplash

« On n’a pas attendu la crise sanitaire pour découvrir la précarité étudiante. » Clara Dufresnoy, chargée de mission en charge de la responsabilité sociale de l’Université de Lille, accompagne, depuis quelques mois, deux épiceries solidaires étudiantes de l’université : La campusserie (sur le campus Pont de bois, à Villeneuve-d’Ascq) et Episcea (au niveau du campus Santé, à Lille), pilotées par des associations estudiantines, ainsi que des vacataires et des services civiques.

Ces deux établissements accueillent au quotidien des jeunes, inscrits à l’université de Lille, qui sont dans le besoin financièrement. Ils ne sont pas forcément boursiers, mais manquent de revenus, que ce soit parce qu’ils ne peuvent bénéficier d’un soutien familial suffisant, ou car ils n’exercent plus actuellement d’emploi étudiant. Près d’un étudiant sur deux déclarait en effet, avant la Covid-19, avoir une activité professionnelle en parallèle aux études… « Avec l’aide d’assistantes sociales, nous regardons la situation globale, pour être le plus juste possible », explique Adèle Bréant, autre chargée de mission auprès des épiceries solidaires – et au sujet des aides alimentaires – à l’Université de Lille.

Une fois que le dossier d’admission est validé, le soutien peut durer entre un et trois mois, au cours desquels les jeunes peuvent dépenser, à leur guise, une enveloppe mensuelle de 15-30 euros pour acheter produits frais et de première nécessité à un prix réduit (20 % du prix de marché). L’accompagnement est renouvelable au moins une fois.

« La situation s’est empirée »

Membres du réseau des épiceries solidaires Andes, qui leur fournit une enveloppe chaque année (à dépenser comme les épiceries le souhaitent), La Campusserie et Episcea récupèrent notamment les fruits et légumes du chantier d’insertion du Gardin de Marianne, du réseau Andes. Dans le local des épiceries se trouvent également des produits des banques alimentaires, ainsi que des invendus de leur partenaire Auchan, des biens alimentaires que l’enseigne ne peut plus vendre mais qui sont encore consommables (récupérés lors de ramassages hebdomadaires).

« La précarité, on ne l’a pas découverte, elle existe depuis longtemps, témoignent les deux chargées de mission, même si la crise sanitaire l’a mise en lumière, et a accentué le phénomène. Les revenus des étudiants ont chuté, il est vrai. »

« Une marge de progression »

Pour l’heure, les épiceries peuvent soutenir jusqu’à une centaine de personnes en même temps, mais en ces temps de distanciation sociale et de cours à distance, il est plutôt difficile de mobiliser l’ensemble des jeunes qui pourraient bénéficier de l’aide des épiceries. « Il y a une marge de progression en matière de notoriété, tout le monde ne connaît pas l’initiative », admet Clara.

Clairement, disent-elles, les épiceries pourraient toucher plus de monde, y compris des étudiantes et des étudiants pour lesquels il est dur de toquer à la porte de La Campusserie et de l’Episcea. Une gêne vis-à-vis de leur situation financière contre laquelle il faut se battre : « Il faut qu’on arrive à leur montrer concrètement ce que les épiceries peuvent leur apporter, il n’y a vraiment pas de honte à demander de l’aide. »

 

Opération: paniers solidaires à Auchan jusqu'au 31 mars

Avec l’enseigne Auchan, les épiceries solidaires du réseau ANDES s’engagent pour les étudiants en difficulté. Depuis le 8 mars, une collecte dématérialisée au profit des jeunes dans le besoin a été lancée. Les client·e·s des supermarchés, des hypermarchés et des drives peuvent offrir des « paniers virtuels ». Les dons seront ensuite redistribués aux épiceries solidaires du réseau ANDES accompagnant jeunes et étudiant·e·s. L’opération dure jusqu’à la fin du mois.

 

Ce qui pourrait vous intéresser

Article -
Par Sandra Coutoux

3 initiatives locales pour remonter le moral des étudiants

Une coupe de cheveux gratuite, un repas offert, une nuit en gîte pour décompresser, la solidarité s'organise pour aider les étudiants à garder le moral. Lourdement impactés par la crise sanitaire ils sont 69 % à s'inquiéter pour leur santé mentale.

Solidarité
Studylink Article -
Par Mounir Belhidaoui

5 startups de l'ESS qui vont faciliter la vie des étudiants

Logements, loisirs, financement d’études : des startups créées par et pour les étudiants comptent bien apporter une…

Solidarité
À Lyon Article -
Par Philippe Lesaffre

À Lyon, elle lutte contre l'isolement des étudiants hospitalisés

INITIATIVE LOCALE - L'association Campus Caméléon propose de transmettre les cours aux étudiants hospitalisés afin qu'ils…

Solidarité