Article

A Bordeaux, le premier bar végan a ouvert ses portes

Au cœur de la cité girondine, un bar végan a ouvert il y a quelques semaines. L’idée : faire découvrir des produits différents, sans ingrédients d’origine animale.
Par Philippe Lesaffre
Un raisin de plus bar vegan bordelais
picto_1 Un raisin de plus

Le Raisin de plus a ouvert ses portes au lendemain du confinement. Ici, en plein cœur de la cité du bordeaux, on vous propose du vin, mais aussi de la bière et d’autres boissons sans ingrédients d’origine animale. Car, on le sait peu, en fabriquant du vin ou de la bière, certains producteurs intègrent des ingrédients d’origine animale. Pour clarifier le vin, et retirer toutes les impuretés, des vignerons ajoutent du blanc d’œuf ou un ingrédient à base de poisson à l’étape de la clarification. Idem pour le brasseur qui met dans sa recette des éléments non végans, à l’instar de la gélatine, lors de la filtration de la boisson.

Les trois responsables du bistrot végan avaient à cœur de servir des produits 100 % d’origine végétale : « Il y en a finalement plus qu’on ne le croit, car certains vignerons optent pour des recettes véganes, sans passer par un label. Donc, pour réaliser notre carte, on a passé beaucoup de temps à contacter les domaines et les producteurs. »

Les trois compères, qui se sont rencontrés durant leur master à l’école de management (IAE Bordeaux), entendent « casser les codes des accords mets-vin » pour les tapas et les planches. Oubliez fromages et saucissons, tentez plutôt houmous de paprika fumé, de betterave ou de petit pois pour accompagner votre verre de bière artisanale bordelaise ou de vin naturel – issu de toutes les régions, précisons-le.

« Faire découvrir des produits différents »

Dans cet établissement peuvent venir boire un verre les personnes les plus engagées, celles ayant abouti leur transition. « On voulait leur offrir un lieu où elles n’ont pas besoin de se poser mille questions sur les ingrédients des boissons, dont les étiquettes des bouteilles restent souvent floues », explique Guillaume Pesnel, l’un des trois porteurs de projet. Pour autant, Un raisin de plus n’est pas conçu comme un lieu communautaire.

« On n’incite personne à changer de régime et à adopter ce mode de vie, on veut surtout montrer que l’on peut fabriquer des vins différents », tient-il à préciser, lui qui, d’ailleurs, au contraire de sa collègue végane Capucine Gruson, se considère comme « flexitarien ». Il évite ainsi, autant qu’il peut, de consommer de la viande, du poisson ou des produits laitiers, mais cela lui arrive encore un peu. Dorian Bondu, le troisième associé, sensibilisé sur la question, entame juste sa transition alimentaire. « On est tous à des stades différents, ce qui nous permet de nous adresser à tout le monde. »

Le bar se transformera bientôt en épicerie fine pour que les clients y repartent, les mains pleines, ainsi  qu’un lieu d’expositions d’artistes locaux. Une manière de décorer les murs et mettre en avant telle ou telle œuvre. Une raison de plus d’y passer ?

Plus d’info sur le site

 

 

Ce qui pourrait vous intéresser

#FillTheBottle: où obtenir un verre gratuit en échange de mégots de cigarettes ? Article -
Par Philippe Lesaffre

#FillTheBottle : où obtenir un verre gratuit en échange de mégots de cigarettes ?

INITIATIVE - Certains bars vous proposent une consommation gratuite en échange d'une bouteille remplie de cigarettes jetées sur les voies publiques.

Écologie
Article -
Par Philippe Lesaffre

"La France est le berceau du vin naturel"

Interview - Raisin, 100 grands vins naturels d’émotion est paru en novembre dernier aux Éditions Reverse. On a échangé avec les deux auteurs, qui mettent en lumière des vignerons différents, plus respectueux de la planète.

Écologie
paris je te quitte Article -
Par Sandra Coutoux

Après le confinement, ils veulent quitter Paris

C'est l'un des impacts du confinement. Trop chère, trop bruyante, trop peuplée, Paris ne fait plus rêver. Une étude publiée par le site Parisjetequitte révèle que 54 % des Franciliens sont prêts à quitter la capitale, dans les mois qui viennent, pour vivre une vie plus douce ailleurs.

Bien-être Société