Article

5 initiatives écolo qui ont marqué 2019

BEST-OF - Pollution plastique, déforestation, crise de la biodiversité... La planète souffre, mais des initiatives écologiques ou solidaires émergent. Découvrez 5 idées qui ont marqué l'année 2019.
Par Sandra Coutoux
5 initiatives écolo qui ont marqué 2019
picto_1 5 initiatives écolo qui ont marqué 2019

Une famille mobilisée pour nettoyer le lac d’Annecy

Philippe et ses quatre enfants, âgés de 9 à 17 ans, sont des amateurs de plongée en apnée. En juillet dernier, ils ont décidé de nettoyer le lac d’Annecy pour sensibiliser le public à la protection de l’environnement. La famille habite à Veyrier-du-Lac, une commune située au bord du lac, connu pour la pureté de ses eaux, car il est directement alimenté par des sources de montagne. Un joyau naturel où Philippe et ses enfants vont régulièrement se baigner. Ils profitent de quelques plongées pour remonter les déchets qui jonchent le fond et le port. “On retrouve des emballages de sandwiches, des bouteilles en verre et en plastique, des pneus…”, explique Philippe. Aujourd’hui cette initiative spontanée s’est transformée en une association, ICleanMyLake, créée par la famille. Des clubs de plongée locaux et des riverains participent régulièrement au nettoyage du lac.

Une pétition pour réclamer le zéro déchet à McDonalds

mcDonalds ne respecte pas la conqigne de tri

Début janvier 2019, Marine, animatrice socioculturelle âgée de 24 ans, a rédigé et publié sur Change.org une pétition invitant Mc Donald’s à adopter une démarche zéro déchet. Un succès ! En l’espace d’un mois et demi, plus de 111 000 personnes signent le texte demandant au géant américain de réduire drastiquement les emballages présents sur le plateau de chaque repas. L’enseigne n’est pas une très bonne élève en la matière. En 2017, une étude de Zero Waste démontrait que 96% des fast-food n’appliquaient pas un décret qui les oblige pourtant à le faire . En 2019, l’association Zero Waste France a même déposé une plainte contre deux restaurants de fast-food parisiens pour non-respect des consignes en matière de tri. L’enseigne s’est défendue en expliquant que le changement prend du temps. McDonald’s appelle de ses voeux “une clarification et une mobilisation de l’ensemble des parties-prenantes pour créer des filières et des infrastructures uniformes de collecte et de tri en France.”

A Paris, ils valorisent les déchets organiques des restaurateurs

légumes, fruits, consommer local

Comment valoriser les restes de cuisine des restaurants ? À Boulogne-Billancourt, dans les environs de Paris, une jeune start-up, Vépluche, expérimente une solution. Seulement 16 % des déchets des Français sont mis en compost chaque année. A Paris, le tri des épluchures et des fanes de légumes est peu pratiqué et tout termine, en général, dans la poubelle des ordures ménagères. Un non-sens écologique, selon Clara Duchalet, 26 ans, qui a lancé la société Vépluche pour “valoriser cette matière“. La start-up francilienne, qui regroupe à ce jour cinq personnes, assure une seconde vie aux restes et aux épluchures des restaurants en les donnant à des agriculteurs d’Ile-de-France. Elle privilégie le circuit court : en échange du service de ramassage des biodéchets gratuit, les restaurateurs s’engagent à acheter les fruits et légumes des maraîchers partenaires de l’entreprise Vépluche. Pour 1 kilo de biodéchets collectés, 1 kilo de produits frais sont livrés.

Comment des coiffeurs écolos recyclent vos cheveux

Les coiffeurs écolos recyclent les cheveux de leurs clients

L’association les Coiffeurs justes, basée à Brignoles dans le Var, collecte les cheveux coupés dans des salons de coiffure partout en France pour leur donner une seconde vie insolite. « Le cheveu a la particularité d’être très solide et d’absorber les substances grasses “, explique Thierry Gras, fondateur de l’association les Coiffeurs justes. L’objectif est d’utiliser les cheveux collectés pour créer de filtres à hydrocarbure en partenariat avec un Esat (établissement et service d’aide par le travail). Ces filtres dépolluants vont être bien utiles dans les ports pour absorber les carburants déversés par les bateaux en mer. Actuellement près de 300 coiffeurs ont accepté de recycler les cheveux de leurs clients.

Dans le Tarn, ils font pousser des forêts

Ils recréent une forêt dans le Tarn

Deux habitants du Tarn ont fait pousser, en 2019 plus de 5 000 arbres d’espèces différentes sur une propriété privée de la commune du Garric. L’opération de reforestation ayant été succès, ils ont recommencer cette année dans un autre lieu. Toujours avec la même méthode, la méthode dite Miyawaki, du nom d’un botaniste japonais. “On a planté les arbres les uns à côté des autres ; dans chaque mètre carré, on a mis 3, 4, 5 espèces de façon rapprochée“, nous apprend Yann, . But du jeu : que le bois soit « 30 fois plus riche en biodiversité et stocke davantage de CO2 qu’une forêt classique ».  Et d’indiquer que « ces arbres sont sociables et s’échangent des nutriments ». « L’ensemble des espèces ont bien poussé », remarque Yann, le sourire aux lèvres, lui qui, régulièrement, vient observer les peupliers, les sureaux, les saules, les merisiers, les chênes, les églantiers et, même, les framboisiers. C’est grâce aux citoyens que ce projet a vu le jour, l’opération de reforestation ayant été financé via une campagne de crowdfunding. 

Écologie